Hospitaliers   Commanderies   Hospitaliers

Commanderies de l'Ordre de Malte
Informations
Chers visiteurs
Vous avez certainement constaté le point d'interrogation dans la barre d'adresse de votre navigateur.

Il y est écrit « Non sécurisé »

Vous pouvez naviguer sur le site sans aucune crainte. La sécurisation d'un site Internet est obligatoire dès lors qu'il y a des demandes de mots de passes ou des paiements en ligne.

Sur ce site il n'y a rien de tout ceci.

Retour

Commanderie de Chamberaud

Département: Creuse, Arrondissement et Canton: Guéret, Commune: Saint-Sulpice-les-Champs - 23

Domus Hospitalis Chamberaud
Domus Hospitalis Chamberaud

Chamberaud, commune du canton de Saint-Sulpice-les-Champs (Creuse), offre encore quelques restes de la commanderie de Malte dont il fut le chef-lieu, à savoir les ruines d'un château déjà détruit en partie au commencement du XVIIe siécle. « Le chef de ladite commanderie » consistait « en une eglise parrochialle dediée soubz le tiltre saint Jehan-Baptiste, de laquelle le sieur commandeur estoit le seigneur spirituel, dixmier general et vray collateur ; en une tour ou maison pour l'habitation des commandeurs ; en prés, bois, garennes, estans, mollins, cens, rantes et aultres debvoire. »

L'église mesurait treize cannes sur trois ; une grosse tour carrée « joignant à ladite eglise, » lui servait de clocher ; sur son grand autel, se voyaient les images de la Vierge, de saint Jean-Baptiste, de saint Blaise et de saint Roch « rellevés en bosse.... ; et au-devant dudit autel, y a ung retable de bois sur lequel sont attachés plusieurs images de cuivre surdorés. » Le curé avait « de gages quinze setiers de bled, mesure d'Ahun, et rien autre, estant obligé d'administrer les saints sacrementz aux parroissiens, cellebrer la messe les dimanches et festes sollempnelles. »
Le château consistait « en une grosse tour carrée, ung corps de logis y joignant, où il y a deux ou trois chambres l'une sur l'antre ; puys Il y a une grand basse-cour, où y a deux autres corps de logis servant pour la mesnagerie...
Dans la basse-cour et à main gauche, y a de grandes masures et ruines demonstrant y avoir heu autres fois plusieurs bastimentz. »

Dans le voisinage du château, se trouvaient deux granges et trois moulins banaux bâtis « tous de rang, l'ung soubs l'autre. » Le premier de ces moulins était « ung foulloir à battre les draptz ; » les deux autres, qui étaient des moulins à blé, rapportaient cent neuf setiers de seigle ; un quatrième, situé à Ventenat, à une lieue de Chamberaud, en rapportait huit.

Les autres immeubles de la commanderie étaient : un petit étang, voisin du château ; l'étang des Gosnes ; le Grand-Etang ; l'étang de la Feyte ; les deux bois de « Racqua » ; le Grand pré, de trente journaux ; le pré Neuf, de neuf journaux ; un jardin de cinq stérées ; enfin, une forge banale située dans le bourg de Chamberaud et affermée six setiers de seigle.

Le commandeur levait les dîmes de toute la paroisse de Chamberaud, « à raison de cinq gerbes une », et en retirait deux cent quarante setiers de seigle. Celles de la Borie, paroisse de Saint-Sulpice-les-Champs, levées « à raison de la unziesme une », lui rapportaient quatre-vingts setiers de grains, deux tiers seigle et un tiers avoine ; le quart de celles de la paroisse de Saint-Merd (aujourd'hui Saint-Médard), quatre-vingt setiers ; celles de Sous-Parsat, trente-six setiers, et celles d'un village de la Rochette, six setiers, le tout mesure d'Ahun.

Les rentes perçues à Chamberaud, à Busural, au Puy, à Sous-Parsat, à Saint-Sulpice et sur une quarantaine d'autres lieux, produisaient cinquante livres, cinquante setiers de froment, deux cent soixante-seize setiers de seigle, deux cent cinquante setiers d'avoine, trente vinades et des poules, « Le charnalage de couchons et agniaux » se levait « à la maniéré accoustumée. »

Ces revenus étaient grevés d'une redevance de trente-ung setiers de seigle, de dix-huit setiers d'avoine et de vingt-quatre sols au profit de l'abbé du Moustier-d'Ahun, et d'une pension de quatre setiers de seigle et de deux setiers d'avoine due au curé de Sous-Parsat. En outre, « doibt ladite commanderie, toutes les sampmaines trois fois, l'aumosne generalle, sçavoir le dimanche, le mardy et jeudy, aux pauvres de la parroisse seullement, pour laquelle faire fault, ung chascun an, cent quatre setiers de bled. »

Sous-Parsat
Département: Creuse, Arrondissement et Canton: Guéret, Commune: Saint-Sulpice-les-Champs - 23

Domus Hospitalis Sous-Parsat
Domus Hospitalis Sous-Parsat

Sous-Parsat, de même que Chamberaud, est une commune du canton de Saint-Sulpice-les-Champs. Il possédait une petite église paroissiale, placée sous le vocable de l'Assomption, qui mesurait huit cannes sur trois et demie. Cette église n'offrait rien de remarquable, et je n'ai pas à en dire plus long sur ce membre, car les revenus qu'il produisait ont été compris parmi ceux de Chamberaud.

La Pouge
Département: Creuse, Arrondissement et Canton: Guéret, Commune: Saint-Georges-La-Pouge - 23

Domus Hospitalis La Pouge
Domus Hospitalis La Pouge

La Pouge est également voisin de Saint-Sulpice-les-Champs, mais il appartient à l'arrondissement de Bourganeuf et au canton de Pontarion. Le commandeur de Chamberaud était seigneur spirituel et dîmier général de cette paroisse ; il y possédait quelques immeubles et y levait des rentes.
L'église mesurait treize cannes sur trois ; elle avait été complètement voûtée, mais sa voûte était tombée. On y voyait un reliquaire « faict en forme de coffre, esmalhé, où y a quelques reliques sans escripteau, » et le saint sacrement y était conservé dans un ciboire de cuivre « eslevé en hault. » Le curé chargé de la desservir, recevait une pension de douze setiers de seigle et de trois livres.

La maison de la commanderie comprenait deux corps de logis servant à l'exploitation des terres appartenant au commandeur. Celui-ci percevait toutes les dîmes de la Pouge et la moitié de celles des paroisses de Saint-Georges et de Chavannat ; il en tirait environ trois cent soixante setiers de seigle, mesure de la Pouge.
Il possédait un moulin rapportant quarante-neuf setiers de seigle, et levait, sur la Pouge, Corcelles, Mazerat, Villemonteil, Saint-Hilaire-le-Château, Templard, Chavannat, Marcillac, le Bée, Sussac, etc., etc., cinquante livres, quatre-vingts gélines, cinquante setiers de froment, huit cents setiers de seigle (les dîmes comprises) et cinquante setiers d'avoine. Les prés étaient affermés trente livres.
En 1616, la commanderie de Chamberaud rapportait : 4,350 livres.
Les charges ordinaires montaient de : 872 livres.
Il restait donc au commandeur : 3,488 livres.
Le membre de la Pouge entrait dans ce total pour treize cent cinquante livres.
A. Vayssière. L'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l'ancien diocèse de Limoges, page 21 et suivantes.
Sources : Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze. Tulle 1884. - BNF

 

Chamberaud
— Stagnum de Chamborel, 1221 (cartulaire de Beaulieu)
— Chambereau, 1229 (chef-lieu du Moutier-d'Ahun
— Proeceptor de Cambarello, 1248 (évêché de Limoges)
— Capella de Camborello, 1282 (Archevêché de la Haute-Vienne
— Cart. O Domina, fol. 70 v)
— Cambarellum, 1327 (Pouillé de Nadaud)
— Gregorius de Cambarello, 1350 (chef-lieu des Ternes)
— Chambereau, 1483 (chef-lieu des Ternes)
— Chambereau, 1463 (sénéchaussée)
— Commandeur de Chambereau, 1483 (chef-lieu des Ternes)
— Chambereau, 1556 (territoire de Chambereau)


Chambereau était une cure de Malte dans l'ancien archiprêtré de Combraille, faisant jadis partie de la paroisse de Fransèche. Son patron était saint Blaise, et précédemment saint Jean. En 1565 et 1572, le commandeur de Chambereau nomma des titulaires à cette cure, et le curé de Fransèche leur conféra leur titre, parce que c'était une annexe de sa cure. Mais le commandeur y nommait seul en 1564, 1572 , 1687,1706, 1710, 1762, 1769.
Une communauté de prêtres y avait été établie en 1564 ; elle n'existait plus au siècle dernier. On trouve dans l'église des vitraux du XIVè siècle.

La commanderie, qui était pour un chevalier de justice, appartenait aux chevaliers du Temple, ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en 1282 : à cette époque, elle est dite sur la paroisse de Fransèches. D'après le procès-verbal de visite de 1617, le chef de la commanderie de Chamberaud consistait « en une église paroissiale dédiée sous le titre de Saint-Jean-Baptiste, de laquelle le sieur commandeur était seigneur, et une tour ou maison d'habitation des commandeurs ». L'église mesurait treize cannes sur trois (la canne de Malte avait 6 pieds, 5 pouces et 5 lignes, soit 2 mètres 15 centimètres) ; une grosse tour carrée lui servait de clocher : sur son grand autel on voyait les images de la Sainte Vierge, de Saint Jean-Baptiste, de Saint Blaise et de Saint Roch « relevées en bosse ; et au-devant dudit autel, il y a un retable en bois sur lequel sont attachées plusieurs images de cuivre surdorées »

Le château consistait « en une grosse tour carrée, un corps de logis y joignant, où il y a deux autres chambres, l'une sur l'autre ; puis une grande basse-cour, où il y a deux corps de logis servant de ménagerie. Dans la basse-cour et à main gauche, il y a de grandes masures en ruines, démontrant y avoir eu autrefois plusieurs bâtiments... « Doit, ladite commanderie, toutes les semaines trois fois l'aumône générale, savoir : le dimanche, le mardi et le jeudi aux pauvres de la paroisse »
(A. Veyssière, Ordre de Saint-Jean)
Parmi les commandeurs de Chambereau on trouve : Thomas de La Tour, fils d'Antoine, seigneur et baron de Murat, des Quaires, de Saint-Exupéri, qui était chevalier de Jérusalem et commandeur de Chamberaud et de Carlat, le 15 juin 1577.
Philippe de Saint-Viance avait été commandeur de Chamberaud peu avant 1660.
Joseph-Guy de Bosredon de Vatanges, commandeur de Chamberaud et de Morterol, prenait possession du Grand Prieuré d'Auvergne en 1760.
La commune de Chamberaud a les trois villages suivants :
Le Chiron
Le Puy
La souterraine

Chamberaud
Faisant près de 30 mètres de long et presque 8 mètres de large, cette église s'inscrit dans un plan rectangulaire. Ce bâtiment est donc de grande dimension pour son simple statut originel de chapelle d'une Maison du Temple.
Les Templiers ont dû l'agrandir pour que les paroissiens puissent entendre les messes. Sinon, pourquoi faire une chapelle aussi grande ?
Elle possède deux entrées. Celle orientée vers le sud servait certainement aux villageois désirant écouter les messes ou se recueillir. L'autre était utilisée par le commandeur et les Frères, elle est de plus grande taille et débouche dans le clocher. La nef est unique et ne comporte que quatre travées. Le choeur est surélevé de deux marches et était fermé par un portail en fer forgé. L'autel en bois polychromé, datant certainement du XVIIe siècle.
Sources : Association pour la valorisation du patrimoine historique de Chamberaud.

Retour

Top

 

 

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.